retour

Les billets du Prieuré

Les Acadiens seraient-ils tous saintongeais ?

Entre la Charente-Maritime et le Québec, c’est une longue histoire d’amour à laquelle vos hôtes s’associent puisque c’est grâce à un site internet québécois qu’ils ont recueilli la plupart des informations historiques qu’ils détiennent sur Le Prieuré de La Fayolle.

JPEG - 1.1 Mo
Brouage, d’après une oeuvre graphique de Laurent Bonnet tiré du livre "La Charente-Maritime carnet de voyage".

Et pourquoi le Québec ?
Simplement parce qu’un certain Samuel de Champlain, né vers 1575 à Brouage, fleuron de la renaissance et un des trésors de Charente Maritime, (village que Vauban transformera plus tard en magnifique citadelle, entre Marennes, pays des huîtres et Rochefort, ville militaire maritime symbolisée par la Corderie Royale et la frégate Hermione) partit un jour de 1603 d’Honfleur, en Normandie, vers le Canada pour y créer une colonie, la "Nouvelle France".
Et c’est effectivement le 3 Juillet 1608 qu’il y fondera la ville de Québec, marquant ainsi l’implantation française et plus encore, saintongeaise, en terre anglo-saxonne.
Aujourd’hui encore, les liens sont toujours forts.
En témoignent les manifestations qui se sont déroulées tout au long de l’année 2008 pour célébrer le quatrième centenaire de Québec.
Au quotidien, l’évocation du Québec est toujours bien réelle à Brouage, où, à côté des produits régionaux saintongeais, vous pouvez aussi trouver par exemple du...sirop d’érable !
Ce passé reste aussi bien présent à Saint Jean d’Angély, avec pour preuve, son jumelage actif avec la ville de Saint Sulpice, proche de Montréal...
Et c’est toujours un grand plaisir que d’accueillir au Prieuré de La Fayolle nos cousins, cousines, aux sourires et à la bonne humeur contagieuse, qu’ils viennent à la découverte de la France ou à la recherche de lointains ancêtres...

JPEG - 2.2 Mo
Brouage , promenade sur les remparts